LA LOI ET LES DÉCRETS D’APPLICATION

 

Il en va, par beaucoup d’aspects, de la loi donnée par Dieu à Moïse au Sinaï comme de nos lois civiles et leurs décrets d’application. Les lois civiles sont essentiellement attachées à un pays et à un moment donné, la loi de Dieu est pour toute l’humanité et pour tous les temps.

Mais la mise en œuvre, les applications trahissent souvent l’esprit initial de la loi, elles peuvent dériver sensiblement.

Il nous faut donc toujours retourner à l’esprit de la loi, à ce qui a présidé à son élaboration.

Ainsi les dix commandements, que les Juifs, nos aînés dans la foi, nomment très justement les « dix paroles », sont fondés sur l’amour infini de Dieu. Le précepte fondamental de l’amour de Dieu et du prochain permet aux hommes de construire une vie libérée de l’esclavage.

En effet, ces Dix Paroles sont à lire sur la base de l’amour, puis comme ce qu’il ne faut pas faire, tout le reste nous est ouvert.

Concernant des points qui peuvent trahir l’esprit initial, comme exemple : les épis de blé mangés un jour de Sabbat, une guérison effectuée un jour de Sabbat, le non respect des ablutions de purification avant le repas, Jésus touchant un lépreux et le guérissant etc… autant d’actes vécus par Jésus en opposition aux « décrets d’application » de la loi mosaïque, c’est là l’occasion pour lui de rappeler le sens de la loi.

C’est aussi ce qui est expliqué dans l’Evangile de ce jour : « Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes, je ne suis pas venu abolir, mais accomplir ».

Les PAROLES du Christ renvoient toujours aux dix PAROLES confiées à Moïse, socle fondamental de l’amour de Dieu pour nous. C’est le retour aux sources, c’est parmi nous l’amour de Dieu en acte et parole.

Le Décalogue (la Loi), les DIX PAROLES définissent une règle de vie parallèle aux Béatitudes du Sermon sur la montagne. Ces deux enseignements sont complémentaires l’un de l’autre, et non pas opposés. En effet les Béatitudes peuvent être lues comme des moments de la vie de Jésus. Relisons-les avec un œil nouveau.

Puis n’allons pas nous perdre dans des détails secondaires d’interdiction ou d’application qui peuvent être contraires à l’Amour infini de Dieu comme des zélés du temps de Jésus.

Dieu n’oblige pas, il propose « La vie et la mort sont proposées aux hommes, l’une ou l’autre leur est donnée selon leur choix. » (1ère lecture)

Choisissons la vie !

Pierre Cravatte, diacre